Risques géopolitiques et liés à l’anthropocène au Venezuela

Introduction

Le Venezuela, un pays d’Amérique du Sud divisé par deux président en opposition, où la monnaie de vaut plus rien, où le danger et les catastrophes naturelles sont fréquentes. La capitale Caracas est également un lieu de danger permanent et n’est pas un un lieu de refuse. Est-ce vraiment une bonne idée d’aller encore visiter se pays ou de vouloir y installer une entreprise ?

drapeau venezuela
Drapeau du Venezuela

Des problèmes intra-territoriaux 

Les présidents Maduro et Guaidó divisent le pays

Le pays est divisé par deux présidents : Maduro et Guaido. Nicolas Maduro a été élu en 2013 puis réélu en 2018 mais n’est plus reconnu par un grand grand nombre de pays comme le président officiel du Venezuela du fait de la corruption, de l’insécurité et de la criminalité dans le pays. Il est souvent comparé à son prédécesseur Hugo Chavez pour sa façon de diriger.

Juan Guaido s’est ainsi autoproclamé chef d’Etat par intérim en janvier 2019, avec le soutien du parlement et d’une soixantaine de pays tels que les Etats-Unis et la France. Il souhaite donc destituer Maduro en raison de la corruption et des nombreux problèmes au sein du pays mais il n’a pas réussi à avoir le soutien des armées. Suite à cela, il s’est absenté de février à juin 2020. 

La pandémie actuelle a permis un rapprochement entre les deux adversaires : ils ont accepté de signer un accord, malgré leur haine, afin de coopérer dans la lutte contre la crise sanitaire mondiale qui n’a pas épargné leur pays. Ceci s’est fait sous la protection de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS, organisme de l’OMS).

Venezuela Guaido Maduro
Le visage des deux présidents vénézuéliens : Guaido et Maduro
Le pays le plus dangereux au monde

Le Venezuela, pays où règne l’instabilité politique et économique, la violence et les pénuries en médicaments, aliments, essence et eau, est aujourd’hui considéré comme le pays le plus dangereux au monde avec un taux d’homicide de 81,4 pour 100 000 habitants.

Le site du gouvernement Canadien conseille d’« évite[r] tout voyage au Venezuela en raison du nombre élevé de crimes violents, de l’instabilité politique et économique et de la dégradation des conditions de vie élémentaires ». Le site ne cache pas les crimes violents comme les homicides et la forte probabilité d’enlèvement.

Le marché noir est si important au sein du pays que le prix du bolivar a diminué en janvier 2019 pour s’aligner avec le taux pratiqué sur le marché noir.

Trafic de drogue et contrebande d’or n’ont rien d’étonnant. Le trafic de drogue arrivant à Miami en provenance du Venezuela aurait augmenté de 50 % depuis la présidence de Maduro en 2013 et est très présent au sein du pays avec la Colombie. Concernant l’or, dans les 80 tonnes produites chaque année, 100 % serait de la contrebande. Cet or est également source de violences extrêmes : en 2017, une femme a été pendue et décapitée à l’aide d’une tronçonneuse devant tout un village pour avoir volé 10 grammes d’or.

La capitale Caracas, vallée de bidonvilles et de quartiers riches désertés n’est pas un lieu de refuge. Certains voyageurs racontent leurs expériences lors de voyages : coups de feu autour de leur hôtel, se sont retrouvés au milieu de fusillades plusieurs fois, évitent les taxis en raison des enlèvements ou alors doivent vérifier leur identité.

violence venezuela
Une jeune femme blessée dans une manifestation au Venezuela le 21 novembre 2018.

Les risques liés à l’anthropocène

Les problèmes de l’exploitation de l’or et de l’or noir

L’anthropocène définit la période où l’activité des hommes sur Terre provoque ou modifie des événements géologiques.

Le Venezuela était pendant des années un exemple quant à la protection de l’Amazonie. Grâce à sa richesse en pétrole, il n’avait jamais ressenti le besoin d’exploiter les richesses en minerais du poumon vert jusqu’à l’écroulement de l’industrie pétrolière dû au régime de Maduro. Sa production de 3,2 millions de barils de pétrole par jour il y a douze ans est passée à moins de 400 000 par jour en juillet dernier.

En 2005, il y avait 100 mines à ciel ouvert contre 1900 de nos jours. Les peuples indigènes se trouvant sur les rives de fleuve Orénoque se retrouvent exposés à de grands dangers en raison de la pollution au mercure qui provoque des ravages sur tous les systèmes et organes du corps humain. De plus, ces exploitations ont provoqué le retour de la malaria à cause des moustiques présents dans les eaux stagnantes, alors que la maladie avait disparu dans le pays en 1961.

En 2011, Chávez promet une « exploitation minière durable » pour préserver l’environnement alors qu’en réalité, 35 pays vont se mettre à exploiter l’Orénoque pour ses réserves d’or, de diamants, de coltan et de fer.

Entre 2012 et 2016, 5,1 tonnes d’or ont été produites. Huit mois après l’activation de l’Arc Minier de l’Orénoque (AMO), un plan de régularisation de l’exploitation minière décidée par le gouvernement Vénézuélien en février 2018, la production est passée à 8,6 tonnes.

De plus, Maduro a lancé en 2016 l’exploitation des sables bitumeux de l’Orénoque se trouvant sous le fleuve et sur ses rives, sur une surface équivalent à plus de 12 % du territoire. Provoquant ainsi que le fleuve sorte de son lit.

L’exploitation pétrolière du Venezuela cause également de vrais dégâts sur la nature avec des fuites de pétrole qui arrivent régulièrement. En 2012, un oléoduc s’était rompu et environ 80 000 barils, soit 12 millions de litres s’étaient déversés dans la rivière Guarapiche. Mais plus récemment, le 12 septembre dernier, un oléoduc dans le Nord-Ouest du pays a eu une fuite provoquant une marée noire s’étendant sur 13 kilomètres.

Carte montrant les zones d’exploitation au Venezuela

https://journals.openedition.org/ideas/1807

lES Risques liés au réchauffement climatique

Deux principales caractéristiques concernent le climat et les catastrophes naturelles : le climat tropical et l’activité sismique.

Carte des différents types de climats présents au Venezuela

https://en.wikipedia.org/wiki/Climate_of_Venezuela

Le climat tropical est présent dans la majorité du pays, seules les hautes-terres et les montagnes permettent un climat plus clément. La période la moins viable, lorsque nous sommes dans une zone à climat tropical, est la saison des pluies diluviennes, qui durent de fin-avril à fin-novembre. De fortes pluies, des inondations, des glissements de terrains sont à craindre ce qui fait que les routes, proches des littoraux, ne peuvent plus être empruntées et les services d’approvisionnement en eau peuvent être perturbés.

La cordillère située sur la côte du pays, soit là où se trouve la capitale de Caracas, est une zone sismique. C’est-à-dire que les tremblements de terrains et les glissements de terrains sont possibles.

Le réchauffement climatique fait que les catastrophes environnementales vont même empirer à l’avenir.

Catastrophe de Vargras au Venezuela, 2019

https://crimic-sorbonne.fr/manifestations/les-emotions-suscitees-par-la-catastrophe-de-vargas-au-venezuela-1999/

Le Venezuela contre la puissance Américaine

Les usa contre le descendant d’Hugo Chavez

Les tensions entre les États-Unis et le Venezuela ont franchi un cap depuis le coup d’état d’Hugo Chávez en 1998, un homme rude et voulant garder le pouvoir comme présenté plus haut. Il était notamment un proche de Fidel Castro, homme d’Etat cubain et ennemi du président américain.

Les États-Unis témoignent alors leur opposition à tous les descendants de Chávez et Maduro ne fait pas exception. Ce qui donne, aujourd’hui, une situation économique et sociétale dramatique au Venezuela.

USA VS Venezuela, Latuff, 2014

En 2017, les États-Unis ont imposé une sanction financière au Venezuela après la baisse de 800 barils par jour dans sa production de pétrole.

En août 2019, les biens du Venezuela ont été gelés aux USA.

En mars 2020, des inculpations pour narco-terrorisme ont été engagées contre Nicolas Maduro par le pays nord américain.

En clair, le président actuel du Venezuela est dénoncé comme étant un “dictateur” par les États-Unis et ces derniers font leur possible pour le destituer à travers de nombreuses tentatives de “sanctions” et en témoignant leur soutien à son opposant, président après président.

Le Venezuela trouve de nouveaux alliés

De par la relation très tendue entre les deux pays, le Venezuela fait l’objet de sanctions économiques de la part des États-Unis. Ces dernières essaient également de renverser le président Maduro. A la réélection de ce dernier le 10 janvier 2019, la communauté internationale se divise. Si des pays comme la Russie, la Turquie et Cuba reconnaissent immédiatement Maduro, dix pays d’Amérique du Sud, la moitié de l’Union Européenne, le Canada et les États-Unis reconnaissent que Guaidó est le président officiel.

La Chine quant à elle reste dans un entre deux. Elle a affirmé par sa Ministre des Affaires Étrangères qu’elle reconnaissaient les efforts du Venezuela pour maintenir la souveraineté nationale et l’indépendance. Mais la Chine est consciente qu’un renversement est possible et ne veut donc pas se retrouver du mauvais côté si cela se produit.

Le Venezuela a donc signé des accords avec Cuba, la Biélorussie et l’Iran pour faire face à la puissance des États-Unis et de ses sanctions.

Si Cuba et la Biélorussie aident à fournir du matériel aux forces armées et à réparer des bâtiments, l’Iran et le Venezuela font un réel pied de nez aux USA. En effet, le 25 mai 2020, cinq navires pétroliers iraniens sont venus fournir le Venezuela en grande pénurie d’essence. La cargaison totale est estimée à 1,5 millions de barils. Le pays doit également apporter son aide dans la restauration de la raffinerie de Cardon. Il y a donc une alliance entre ces deux pays ennemis des États-Unis.

Livraison de pétrole Iranien au Venezuela

https://parstoday.com/fr/news/world-i90521-venezuela_iran_les_usa_mis_%C3%A9chec_et_mat

Conclusion

Le Venezuela n’est donc pas une terre promise mais un pays où règne le danger et l’instabilité. Les risques peuvent autant provenir de la population que de l’exploitation des ressources du pays ou encore des catastrophes naturelles. Le Venezuela est sujet à un renversement politique depuis plusieurs années. De ce fait, nous ne vous conseillons pas d’installer votre entreprise dans ce pays. La monnaie du Venezuela, le bolivar, n’a plus aucune valeur et le danger est présent partout.