Graphiste publicitaire, artiste de la communication

Une bonne communication passe par une communication visuelle. C’est le graphiste qui est chargé de concevoir la partie visuelle d’une communication. Le graphiste publicitaire a un rôle à la fois de peintre, illustrateur, dessinateur, de concepteur, de réalisateur, etc. Ce qu’il produit devient une œuvre et s’inscrit alors dans le patrimoine culturel.

En d’autres termes, le graphisme publicitaire regroupe deux notions clés : le graphisme et la publicité. Par définition, c’est le fait de penser un visuel. Que ce soit un logo, une campagne de publicité. Et de l’exprimer graphiquement, sur des supports print et / ou web.

Le rôle d’un graphiste en publicité :

Le graphiste est en charge de donner une identité visuelle à une structure, à une campagne de communication. Cela passe par un nom, un logo, un slogan, un univers, des couleurs, des formes… Cette identité doit correspondre aux valeurs de l’entreprise ou de la campagne. Le public doit pouvoir la comprendre, et tout cela en se démarquant des concurrents. Le but est d’être facilement indentifiable, reconnu, mémorisable. Cette identité doit se construire sur un concept et un story-telling, elle doit pouvoir raconter une histoire sur son sujet. Elle doit saisir le regard de sa cible.

Le graphiste a donc pour objectif de trouver des idées uniques et pertinentes qu’il devra illustrer. Tout cela après avoir analyser la demande du client. Ensuite, il faut concrétiser ces idées graphiquement, sur de multiples supports, suivant la demande, qu’ils soient print (flyers, affiches, dossier de presse, cartes de visite, etc.) ou web (réseaux sociaux, site web, etc.) ou encore sur des objets publicitaires appelés aussi goodies.

Son rôle est de permettre la bonne transmission d’un message vers le public à travers ses réalisations graphiques illustrant les idées répondant à la demande de son client.

Les qualités pour être un bon graphiste publicitaire :

Être un bon graphiste passe par la possession de certaines qualités :

  • Créativité, qualité évidente dans un domaine artistique tel que le graphisme ;
  • Curiosité
  • Sensibilité à la culture artistique et aux tendances publicitaires, nécessaire pour pouvoir se démarquer, utiliser des références, attirer le regard… ;
  • Maîtrise des logiciels de PAO, autrefois, le graphiste avait pour arme principale ses crayons, aujourd’hui l’utilisation de logiciels sur ordinateur est prédominante ;
  • Polyvalence, car il faut savoir s’adapter aux différentes demandes, et par rapport aux différents supports ;
  • Adaptabilité
  • Ouverture d’esprit

De plus, le graphiste garde toujours en tête les règles typographiques, les différentes utilisations des couleurs, des typographies, des signes, pour que le message soit clair et précis. Pour résumer, le graphiste a besoin de ses qualités pour pouvoir proposer des travaux uniques, originaux, compréhensibles, parlants, pertinents, qui pourront se démarquer et marquer les esprits afin de faire passer le message efficacement.

6 règles de la communication visuelle que le graphiste doit prendre en compte :

  1. La mise en page : le graphiste utilise la règle des tiers pour équilibrer ses créations, quel que soit le document. Cette règle divise une image en trois parties verticales et trois parties horizontales. Les éléments sont disposés en fonction de ces parties et permettent l’équilibre visuel du document.
  2. Le chemin visuel : il ne doit surtout pas être négligé car il détermine comment seront placés les éléments de manière stratégique en fonction du chemin qu’effectue l’œil pour observer une image. L’œil effectue une lecture en Z, car il est conditionné pour lire de gauche à droite et dans le sens des aiguilles d’une montre tout en observant les quatre coins d’une image.
  3. Les caractères typographiques : chaque style de caractère évoque quelque chose de différent. Des lettres fines pour la féminité, épaisses pour la masculinité. Un caractère gras donne une idée de solidité, de force, un caractère italique donne une idée de mouvement, de dynamisme, un caractère fin donne une idée de délicatesse, de distinction…
  4. L’alignement : il est nécessaire de choisir le bon alignement. Les deux plus connus sont l’alignement en drapeau à gauche et l’alignement justifié.
  5. Le symbolisme des couleurs : chaque couleur a sa propre signification et influence inconsciemment la lecture d’un document.
  6. Les zones de repos : elles sont très importantes pour reposer l’œil du lecteur et ne pas surcharger sa lecture, ce qui pourrait empêcher la bonne compréhension du message. Cela permet également la mise en valeur d’informations importantes.

Pour plus de détails sur ces règles, cliquez ici.

Son environnement de travail :

Le graphiste publicitaire peut aussi bien travailler en tant que salarié, pour une entreprise, une agence, une association ou toute autre structure, qu’en tant que free-lance en proposant ses services sur internet par exemple, aux entreprises, aux particuliers, aux auto-entrepreneurs, aux institutions, etc.

Il est également possible que le graphiste travaille en équipe ou seul, suivant la structure dans laquelle il travaille ou suivant la demande lorsqu’il est free-lance.

Comment devient-on graphiste ?

Généralement, il est nécessaire pour être recruté, de passer par une école d’arts appliqués, ou par un BTS spécialisé dans la communication visuelle, la conception graphique, ou par des diplômes d’art reconnus par l’État.

Mais avant tout, pour être recruté, il faut savoir montrer son talent, notamment à travers un book par exemple, avoir une personnalité qui plaira au recruteur, avoir les qualités d’un bon graphiste publicitaire. Comme tout métier, c’est ce qui est dans la tête qui permet de se démarquer, de plaire.

Pour plus d’informations sur les formations débouchant sur le métier de graphiste, c’est par ici.

Le salaire du graphiste : (sur la base d’une moyenne mondiale)

Le graphiste publicitaire à un salaire pouvant aller de 1300 euros pour les débutants, à 3000 euros en fin de carrière pour un salarié. Dans le cas d’un indépendant, le salaire peut varier en fonction des missions, des clients… Pour une affiche, cela peut varier de 200 à 5000 euros, de 800 à 3500 euros pour le logo d’une entreprise de taille moyenne, environ 4500 euros pour une plaquette, etc. Son salaire dépend donc de son statut, des demandes, du marché, des clients…

Évolution possible du graphiste publicitaire :

S’il le souhaite, le graphiste peut, par des formations complémentaires si nécessaire, évoluer en tant que directeur artistique, ou dans des métiers du de la conception graphique tels qu’animateur 2D ou 3D, webdesigner, motion designer, dessinateur, chef de projet…

Vous pourrez trouver d’autres informations sur le métier de graphiste en suivant ce lien.

Infographie graphiste publicitaire

sketchnote graphiste pub

Sources :

http://ezobel.com/quest-ce-que-le-graphisme-publicitaire/

https://www.lesmetiersdudessin.fr/graphisteinfographiste/

https://www.over-blog.com/Quel_est_le_role_dun_graphiste_designer-1095203869-art356751.html

https://www.capital.fr/votre-carriere/quel-est-le-salaire-dun-graphiste-1258005

https://diplomeo.com/formations-metier-pour-devenir-graphiste

https://evolutiongraphique.com/les-6-regles-de-base-en-communication-visuelle/

Mis à jour le par rmonne