Fatou Diome, une femme savante et engagée

 

Une femme franco-sénégalaise, Fatou Diome, vient de sortir son nouveau livre : Les veilleurs de Sangomar aux éditions Albin Michel. Ce mixte de romance et de tragédie évoque la perte d’un être cher et la remontée d’une femme.

Cette femme est née en 1968 à Niodior, au Sénégal, et vit aujourd’hui à Strasbourg. Fatou Diome est aujourd’hui une jeune cinquantenaire épanouie dans son métier d’auteure et engagée pour la mixité sociale.

Fatou Diome, une femme à la maison Victor Hugo
Fatou Diamo durant le festival « Livres dans la Boucle 2019 »

De nos jours, Fatou Diome peut être décrite comme une  écrivaine compulsive. Ayant commencé tard l’école – à 8 ans – cette femme souffre d’une peur rétrospective de ne plus savoir écrire. C’est pour cela que Fatou ne peut s’empêcher d’écrire, à peine finit-elle un livre qu’elle en a déjà commencé un autre. Si elle ne le fait pas, elle a la sensation d’être inutile.

Une femme sans pareille

Fatou Diome a une technique d’écriture bien à elle : elle n’a pas de plan, tout est dans sa tête. Quand elle écrit la suite d’un travail, elle relit l’ensemble et reprend comme si elle ne s’était pas arrêtée. Quand l’inspiration lui vient,  cette femme s’enferme avec de la musique et se livre à sa plume. Pour certains auteurs, écrire est une activité calme, pas pour Fatou, nous confie-t-elle en riant. 

Fatou Diome prône l’ouverture d’esprit envers les différentes cultures et combat le racisme en France. De plus, cette femme s’implique pour inciter les jeunes filles à s’éduquer, à être indépendantes et à ne pas suivre les carcans de la société. Elle nous dit avec conviction : « Tu n’es pas un garçon ou une fille, tu es une personne ». Ce trait de caractère lui vient de son grand-père qui l’a poussée à faire des « trucs de garçon » et à penser par elle-même. Ce que maintenant elle essaie de reproduire avec les jeunes filles et jeunes femmes. 

L’auteure est aussi une érudite religieuse, elle a étudié plusieurs livres saints dont le Coran et la Bible. Il y a beaucoup d’usurpateurs de religion selon elle, notamment ceux qui prônent les familles nombreuses alors que les parents n’ont pas les moyens suffisants pour accueillir les enfants. Pour Fatou, ces personnes sont dangereuses et ne respectent pas la religion. 

 

Les Veilleurs de Sangomar, un voyage pour toute femme

Les veilleurs de Sangomar
Les veilleurs de Sangomar

Dans le cadre du festival Livres dans la Boucle, Fatou Diome a tenu une interview à la maison Victor Hugo. Déjà auteure de 11 livres, cette femme Franco-Sénégalaise écrit avec son cœur sur la tragédie du naufrage du bateau Joola. Cet évènement datant de 2002 a ébranlé l’Afrique et l’Europe car il a causé la mort de 2000 personnes.

L’histoire nous raconte comment Coumba, qui a perdu son mari lors de ce drame, se relève de la perte de son amour. 

Pour ne plus avoir à se confier à des personnes qui ne l’écoutent pas, la jeune femme s’est réfugiée dans l’écriture. Là, elle écrit tout ce qu’elle sait sur son mari et sur le monde qui l’entoure. Cela a pour double objectif de se libérer de ses pensées et de créer un support pour sa descendance. 

“Un cœur aimant ignore le répit” : une femme face au deuil

La principale difficulté à laquelle Coumba va devoir faire face est la mixité de la société Sénégalaise, que l’auteure décrit comme un « mélange entre le 19ème siècle et 2030 ». Là-bas le comportement de la femme, de surcroît en deuil, est très codifié, très contrôlé.  

Coumba est une « midinette » nous dit l’auteure en riant, dont le mari « n’a pas eu le temps de se transformer en crapaud ». Elle voit donc son amant disparu comme un héros, un sauveur, un homme parfait. L’auteure nous confie aussi le caractère « fleur bleue » de son personnage principal. Pour tenter d’entrer en contact avec l’esprit de Bouba, son mari, Coumba va devoir passer un marché avec les esprits de l’île de Sangomar…  

Et pour continuer sur le festival « Livres dans la Boucle 2019 », retrouvez un article intéressant ici.

Retrouvez cette auteure sur les réseaux sociaux.