Entretien avec Alexandra Koszelyk : « Tout le monde associe l’Ukraine à Tchernobyl »

Alexandra Koszelyk auteur du livre « A crier dans les ruines » de la maison d’édition au forge de Vulcain. Alexandra Koszelyk était présente sur le salon Livres dans la Boucle, elle a pu nous dévoiler tous les secrets de son livre en s’inspirant de son pays d’origine l’Ukraine.

Ici, vous pourrez retrouver la Timeline qui résume la vie d’Alexandra Koszelyk.

https://cdn.knightlab.com/libs/timeline3/latest/embed/index.html?source=11_IQLF_51BIVbTne7Z1QMn4987td4MVKA-q-AA577PA&font=Default&lang=en&initial_zoom=2&height=650

Comment vous inspirez-vous pour réaliser votre roman ?

Je suis d’origine Ukrainienne et cette double culture qui est en moi m’aide à écrire. Tout le monde caractérise l’Ukraine à Tchernobyl, je voulais montrer qu’il n’y a pas que ce côté-là. C’est un pays avec de nombreuses richesses, j’avais envie de mettre le côté littéraire ainsi que son environnement qui se développe. J’ai lu une BD d’Emmanuel Lepage « Un Printemps à Tchernobyl » qui m’a beaucoup inspirée. Certes il y a une image de Tchernobyl horrible et catastrophique que l’on ne peut nier mais si vous la visitiez, vous verriez que la nature est réapparue.

Ici, vous pourrez remarquer la différence avant/après à Tchernobyl comme nous l’explique Alexandra Koszelyk.

https://cdn.knightlab.com/libs/juxtapose/latest/embed/index.html?uid=a028e542-1b58-11ea-b9b8-0edaf8f81e27

Avez-vous écrit d’autre roman avant celui-là ?

« A crier dans les ruines » est mon tout premier roman et j’en suis très fière. Il a été publié le 23 Août 2019.

Avez-vous un nouveau projet ?

Oui je suis sur l’écriture d’un nouveau roman qui n’a rien avoir avec celui-ci. Cependant, le thème restera en lien avec la nature.

Pourquoi vouloir écrire ?

J’écris dans un atelier d’écriture depuis 5 ans, chaque semaine sur une photo ou un texte court. Un jour, un ami auteur m’a demandé « Pourquoi tu ne passerais pas au format long ? ». Et voilà, je suis là maintenant.

Est-ce que cette passion de l’écriture fait suite à un auteur que vous appréciez ?

Oui totalement, Milan Kundera, un célèbre auteur tchèque. C’est mon premier vrai coup de cœur, j’ai lu tous ses livres. D’ailleurs, dans certains passages de mon roman j’en fait référence.

Quand le roman est-il sorti et combien avez-vous mis de temps à l’écrire ?

Le roman est sorti il y a 3 semaines maintenant, pour la rentrée littéraire. Je l’ai commencé en décembre 2016.

Que rappelle la petite rose rouge sur la page de couverture ?

Il y a deux côtés. Un côté qui rappel les deux êtres amoureux qui sont malheureusement séparés. Et d’un autre côté la légende du coquelicot avec la verdure et la naissance d’une nouvelle vie. Cette verdure qui a été anéantie par l’explosion de cette centrale nucléaire.

Quelle est votre meilleur souvenir lors de la rédaction de votre roman ?

J’ai écrit un chapitre de mon roman la nuit, c’est une atmosphère très particulière. Quand je l’ai terminé je me suis sentie apaisée. Écrire le soir me permet de me ressourcer, me concentrer car tout est calme, il n’y a aucun bruit. Les idées sont beaucoup plus claires.

Avez-vous reçu un prix de votre roman ?

Oui au mois de juillet, mon roman a reçu un prix talent Cultura. Savoir que son roman a obtenu une récompense est très réjouissant. Cela m’a permis de savoir qu’il y a déjà des personnes qui croient en moi.

Avez-vous fait plusieurs salons ? Comment avez-vous découvert celui-ci ?

Non, non c’est mon premier salon, je n’ai jamais fait ça auparavant. C’est mon attaché de presse qui m’a demandé si j’étais libre et si je voulais y participer.

Est-ce que vous connaissiez Besançon avant de venir dans ce salon ?

Pas du tout, alors j’ai découvert Besançon grâce à cet évènement. C’est une charmante petite ville, j’aime beaucoup. Moi je viens de Caen, là-bas nous avons des grandes allées comme ici, je m’y retrouve. Ce matin j’ai visité la maison de Victor Hugo et je crois que je reviendrai pour visiter la Citadelle. Les gens de Besançon sont sympas, ils nous accueillent très bien. Si j’ai l’occasion de revenir pour exposition, ce sera donc avec plaisir.

Quand on vous dit « Besançon » pensez-vous directement à « ville littéraire » ?

A non pas du tout, mais le fait de visiter la maison de Victor Hugo, cela donne une histoire de racine en quelque sorte. Mais on sait que c’est une ville riche et une région qui a envie de promouvoir le côté littéraire.

Comment avez-vous trouvé l’ambiance au sein du salon ?

Très chaleureuse. Je ne connais pas spécialement chaque auteur mais ils viennent vers moi et cette rencontre crée une forte relation entre nous.

Ici, un peu plus de renseignement du dérouler de l’événement de la participation d’ Alexandra Koszelyk.

https://create.piktochart.com/output/43090742-infographie-du-livres-dans-la-boucle

Dans le même thème que notre interview, vous pourrez retrouver l’article https://www.metanumerik.fr/entretien-avec-mark-safranko/ qui est aussi sur la même thématique du réalisme.

Alexandra Koszelyk tenant sont tout premier roman au sala du Livre dans la Boucle à Besançon le mois dernier
Alexandra Koszelyk au salon du Livres dans la Boucle
Pour aller plus loin....

Le site web de la maison d'édition d'Alexandra Koszelyk : http://www.auxforgesdevulcain.fr/

Le site web Livre dans la boucle : http://www.livresdanslaboucle.fr/

Interview d'Alexandra Koszelyk sur la plateforme YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=ZNUyh4EsZRo


 

Mis à jour le par iguerr