Enjeux géopolitiques de la Turquie

Présentation générale

La Turquie, également appelée république de Turquie est un pays transcontinental entre l’Europe et l’Asie. En plus d’être entre deux continents, la Turquie est bordée de deux mers : la mer Noire et la mer Méditerranée.
La capitale du pays est Ankara depuis le 13 Octobre 1923 date à laquelle, Mustafa Kemal Atatürk crée la Turquie sur les ruines de l’Empire Ottoman. Il s’agit d’une république présidentielle où le très contesté Recep Tayyip Erdogan siège depuis le 10 août 2014 aux côtés de Fuat Oktay son vice-président. Au vu de sa position géographique, nous observons un vrai mélange des cultures et des religions, cependant, la religion majoritaire est Musulmane et la langue officielle reste uniquement le Turc. La Turquie est officiellement candidate depuis 1963 à l’entrée dans l’Union Européenne. Mais les négociations ne sont en cours que depuis 2005. Depuis 1945, la Turquie a cependant toujours été assez proche de l’Occident et l’a montré en rejoignant des organisations tel que : l’OTAN, l’OSCE, le Conseil de l’Europe et le G20. Mais elle est également proche de pays d’Asie et du Moyen-Orient grâce à des organisations telles que :
l’Organisation de la coopération islamique, l’Organisation de coopération économique et le conseil turcique.

 

Informatif
Localisation de la Turquie sur le globe.

Bouleversement politique des dernières années

Au niveau interne, le pays a toujours été compliqué. Comme dit plus haut, la présidence de Recep Tayyip Erdogan a pendant longtemps été très contestée. C’est pourquoi, dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, un putsch est organisé par les corps armées turques. Ce putsch a regroupé entre 5000 et 10 000 militaires et s’est principalement organisé à Istanbul et Ankara. Le mouvement serait lié au mouvement “guleniste” qui est un opposant direct au président Erdogan. Suite à ça, une purge est organisée au sein du pays et tout média privé étant proche du mouvement guleniste sont mis hors service. La Turquie est allée jusqu’à décréter l’état d’urgence pendant 3 mois et va déroger à la convention européenne des droits de l’homme. Beaucoup de détracteurs estiment que ce n’était qu’une mise en scène pour “purger” les opposants politiques d’Erdogan.

 

Armée Turque
Les soldats de l’armée turque. (Photo d’archives de France Press TV)

 

De plus, la Turquie est déchirée par une
guerre interne qui dure depuis 1984. Le peuple kurde demande une
indépendance du pays ou ne serait-ce qu’une reconnaissance. En effet, depuis
la création de la Turquie en 1923, le peuple Kurde représente environ 20%
de la population de la Turquie. Cependant, l’identité kurde a toujours
été menacée par le kémalisme (idéologie fondatrice de la République
de Turquie). Il y a donc une répression permanente du peuple kurde par l’armée turque ainsi qu’une interdiction de parler la langue kurde. On retrouve encore de nos jours, des attentats, des morts, des disparitions de masse et des mouvements politiques anti kurde.

 

Manifestation kurde
AFP/SAFIN HAMED

Quels risques géopolitiques aujourd’hui ? Et demain ?

Étant au milieu de deux continents, la Turquie se retrouve également au milieu de beaucoup de tensions politiques. Actuellement, le plus grand allié de la Turquie est la Russie. En effet, suite à leurs mauvaises entente avec l’Europe, les deux pays se sont rapprochés de plus en plus. Le président russe Vladimir Poutine se positionne en faveur de la fermeté qu’a eu Erdogan après le coup d’Etat en 2016. La ressemblance des deux régimes et la position politique autoritaire, renforce le lien entre les deux pays depuis. Aujourd’hui, à titre d’exemple, la Russie fournit plus de 70 % du gaz importé par la Turquie.

En 2004, la Turquie a été la première destination de vacances pour les Russes : environ 1,7 million de Russes ont représenté, à côté des Allemands, l’un des principaux flux touristiques étrangers. Ce rapprochement avec la Russie a donc créé un problème quant à leur relation avec les Etats-Unis. La Russie étant un “ennemi” des Etats-Unis, ce rapprochement a valu à la Turquie des menaces de la part du président Trump.

Rencontre Vladimir Poutine Recep Erdogan
« L’entrevue de Moscou » Courrier International – Paris

Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à avoir des problèmes avec la Turquie. Cette dernière faisant partie de l’OTAN, ses actions militaires sont donc orchestrées avec ce symbole. Cependant, la Turquie est en guerre avec la Syrie, guerre qui n’est pas tolérée par le reste de l’OTAN. Beaucoup de pays sont plus favorables à la défense de la Syrie et cela pose donc des problèmes internes à l’OTAN. Et pour parler de conflits encore plus grands au sein de l’OTAN à cause de la Turquie, les tensions entre la Grèce et la Turquie sont extrêmes. Suite à l’annexion du nord de Chypre par les forces armées Turques
beaucoup d’îles sous la tutelle de la Grèce se sont retrouvées investies par des militaires Turques. Il y a donc un climat de guerre entre ces deux pays
membres de l’OTAN. La Turquie étant en mauvaise entente avec la plupart de ses voisins directs, le reste de l’Europe et les membres de l’OTAN. Il ne serait pas étonnant de la voir dans les prochaines années se tourner vers l’Asie, la ou, elle pourrait peut être trouver de nouveaux alliés.

Mais que sera la Turquie de demain ?

Car, il est bon de parler des futures alliances et de la géopolitique de demain. Mais demain est de moins en moins sûr. Le climat se dégrade et les populations circulent de parts et d’autres du globe pour différentes raisons. La Turquie étant un carrefour culturel entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe l’immigration pendant les prochaines années est inévitable. Bien que le président actuel soit assez fermé à l’idée de l’immigration, il n’est pas exclu que dans le futur, les choses changent et que la Turquie s’ouvre à cette idée. Au delà de l’immigration légale, l’immigration illégale sera quant à elle inévitable. La Turquie étant frontalière à beaucoup de pays en guerre, énormément de personnes fuient ces pays. Le Moyen Orient est à l’heure actuelle une zone à très grands risques et c’est pourquoi beaucoup de personnes bougent de ces pays et se retrouvent soit en Europe soit en Turquie.

 

Turquie Grèce Chypre Carte
Positionnement de la Turquie face aux pays limitrophes.

En plus des réfugiés de guerre, une nouvelle vague de réfugiés commence à voir le jour : les réfugiés climatiques. Avec le réchauffement climatique, beaucoup de population de l’hémisphère sud migrent vers le Nord la ou le climat est plus frais et plus viable. Nous ne
sommes qu’au début de cette vague de réfugiés et dans les années à venir, leur nombre pourrait augmenter de manière exponentiel.
Grâce à son positionnement géographique naturel et aux travaux d’aménagement faits par l’Homme, la Turquie quant à elle ne sera pas un pays terriblement touché par le réchauffement climatique.

Le changement climatique se fera ressentir comme partout sur le globe mais le pays restera dans un environnement tout à fait viable. Dû à ça, la Turquie sera donc menacée par la vague de réfugiés politiques et climatiques plus que par le réchauffement climatique lui-même.

 

Infographie réfugiés
Selon l’UNHCR (Agence nationale des Nations unies pour les réfugiés)

Recommandation d’implantation

La Turquie regorge de diversités : plusieurs religions sont implantées dans le pays, diverses nationalités s’y trouvent et les milieux naturels sont nombreux (montagnes, mers, forêts…).
C’est également un pays qui abrite un peuple qui veut changer, qui a envie de changer et pour qui la parole est importante. En 2018, des images ont fait le tour du monde où on voyait des milliers de jeunes turques manifester contre les féminicides.

Manifestation Turquie Féminicides
AFP – Le point

Ce changement brutal de mentalité s’explique par plusieurs points. Tout d’abord, l’âge médian de la population Turque est fixé à 32 ans, ce qui est relativement jeune.

En outre, le taux de jeunes en Turquie représente ¼ de la population, ce qui explique leurs mobilisations grandissantes.
A l’inverse, le gouvernement est, lui, très conservateur. Recep Erdogan l’a d’ailleurs prouvé récemment. Emmanuel Macron avait pris la parole suite à l’assassinat du professeur à Conflans Sainte Honorine. Le président français a rappelé que l’islamisme radical n’était qu’un poison et qu’il faudrait s’en débarrasser. Suite à quoi, Recep Erdogan a appelé au boycott des entreprises françaises et l’a également mentionné comme un “malade mental” qui devrait “se faire soigner”. Cette ambivalence s’explique par les relations étroites que la Turquie entretient avec le Moyen-Orient. Elle ne peut pas se permettre de leur tourner le dos et ce, notamment à cause d’enjeux économiques.
Face à tous ces problèmes et ces complexités évoquées, nous ne vous conseillons pas de vous implanter en Turquie. Le développement d’une entreprise étrangère dans ces conditions ne pourrait que l’affecter. Si cela est un souhait incommensurable, nous vous conseillons d’attendre quelques années pour que le climat retombe et qu’une certaine forme d’humilité puisse s’installer.

Conclusion

Nous observons que la Turquie est un pays tangible où les conflits ne sont pas près de s’arranger. Un coup d’État a déjà failli faire basculer le pays en 2016, rien ne garantit donc que cela ne puisse pas se reproduire. De plus, le climat instable instauré dans le pays ne sera pas bénéfique au développement de votre entreprise. Même si le gouvernement de Recep Erdogan se revendique démocratique, tous les éléments récoltés nous laissent penser le contraire. En outre, la Turquie est en proie à divers contentieux démographiques, notamment avec les pays limitrophes. Des tensions mondiales apparaissent et ne cessent de s’accroître augmentant la pression de l’Union Européenne sur la Turquie. Dans cette atmosphère épineuse, l’implantation d’une société étrangère n’est vraiment pas recommandée.