L’UI DESIGNER

Supports 

Dans le domaine du web design, les UX et UI designers travaillent sur des supports digitaux et agencent notamment les interfaces d’applications web ou mobile ou encore sites web.

UX designers 

L’UX designer veille à l’ergonomie des pages et à l’expérience utilisateur. En effet, l’abréviation « UX » signifie « expérience utilisateur » (« user experience » en anglais).

Continuer la lecture de « L’UI DESIGNER »

Directeur artistique un métier créatif

 

Felipe Oliveira Baptista est le nouveau directeur artistique de Kenzo pour « Sa vision créative moderne et novatrice et son approche artistique très complète vont permettre à la maison de continuer à déployer son potentiel dans le respect de son héritage unique ». Mais avant d’arriver ici Felipe à du suivre un chemin spécifique pour être Directeur artistique. Nous allons donc voir quel est le parcours à avoir pour devenir Directeur Artistique.

Qu’est ce qu’un Directeur Artistique et quel est son rôle ?

Les intitulés de poste aussi peuvent être variés : DA, Designer graphique, Graphiste, Directeur Artistique digital, Motion designer. Un directeur artistique est une personne créative et dynamique qui va traduire la demande et le message d’un client par l’image. Il a pour objectif majeur le style et la personnalité. Le directeur artistique dirigé par le directeur de création et aidé par le concepteur- rédacteur va encadrer une équipe de créatifs. C’est donc avec son équipe que le directeur artistique (DA) va travailler sur la demande du client. Il va dans un premier temps analysé cette demande pour ensuite réfléchir à un concept et le répartir entre les différents membres de l’équipe (graphiste, illustrateurs, photographe …).

Le DA va superviser les étapes de la création, les soumettre au client et les retravailler si besoin pour instaurer ainsi une relation de confiance. Il est créé des messages ou une identité visuelle en concevant des projets. Le directeur artistique est le responsable visuel. Il observe une réelle réflexion sur la mise en scène du produit ou le service qui lui est confié. Tout le travail du DA et son équipe va être mis en œuvre pour une campagne « média » qui se déclinera sous forme d’affiches, encart presse, spot TV, spot radio, site internet, application. Elle peut également se décliner sous forme de campagnes « hors médias » : PLV, argumentaires de vente, marketing direct… C’est à lui de choisir la nature de l’image, l’ambiance, le décor, l’univers esthétique, la composition, la typographie des textes, la hiérarchie des informations…

Quels parcours faut-il avoir ?

Après le bac :

Après le bac plusieurs options s’offrent à vous pour pouvoir devenir directeur artistique.
Voici donc une liste des différents parcours que vous pouvez empreinter :
-Vous pouvez réaliser un BTS design graphique option communication et médias imprimés ou communication et médias numérique en deux ans.
-Passer passer le diplôme national des arts options design ou une licence arts plastiques, art appliqués ou art et technologie de l’image.
-Le DN Made mention graphisme, numérique ou événement peut être passé.
-Ou diplôme supérieur des arts appliqué mention graphisme peut également se réaliser en 4 ans.
– En 5 ans vous pouvez aussi passer Le Diplôme national supérieur d’expression plastique option communication.
– Un diplôme d’école d’art
– Le master d’art plastique, appliqué ou art et technologie de l’image.
-Un DUT information communication option publicité.

Il faut notamment deux étapes dites obligatoire pour accéder à ce métier et en devenir référent :

Le stage qui est primordial pour une formation, puisqu’il permet un premier essai dans le monde professionnel.
Et le book qui sert à présenter ses travaux et permet également de prouver sa créativité. Il peut être présenter de manière papier mais de plus en plus les books sont sur des plateformes tels que Carbonmade ou Behance.
L’évolution naturelle du poste de DA est de devenir Directeur de création (manager d’équipe).

Dans quels domaines le DA exerce-t-il ses fonctions ?

Les fonctions de Directeur artistique existent aussi dans différents domaines : la presse, la musique, la danse, l’édition, la mode, le digital, le design tant qu’il est créatif. Il peut se spécialiser dans un domaine : motion design, design éditorial, design produit, webdesign travailler sur des supports papier tels que des affiches, ou des dépliants mais également multimédia site web, tablette…
Le DA peut travailler dans des agences de communication, de publicité, des studios de création, des maisons d’édition ou  encore des sociétés de presse par exemple.

Quelles compétences faut-il avoir ?

Nous constatons que depuis plusieurs années les champs d’expression du Directeur Artistique se sont considérablement étendus. Il y a eu le passage de la 2D et illustration à la 3D, l’animation, le son, la vidéo ou encore l’ergonomie et l’UsereXperience (expérience utilisateur).

Pour ce faire, le directeur doit avoir un certain talent et une certaine maîtrise pour concevoir et mettre en forme. Le dessin reste un atout et une base solide. Il doit aussi maîtriser les outils PAO : Photoshop (image), Illustrator (dessin), InDesign (mise en page) et il doit avoir une bonne connaissance des contraintes de fabrication qui vont rendre réalisables ou pas ses créations.

Comment travaille un DA ?

Le DA est le plus souvent au sein d’un service création en agence. Mais il est aussi possible de le trouver en entreprise où il fait partie d’un service communication, d’un département marketing ou encore d’un service design qui est intégré à cette entreprise.
Il peut aussi travailler au sein d’un studio, d’un atelier ou bien travailler seul en free-lance.
Hiérarchiquement il dépend en agence d’un Directeur de création qui est plus en penché sur la réflexion créative. Il peut encadrer des graphistes, des metteurs en page, des assistants DA ou Directeur Artistique junior.
Il est « en team » (en équipe) avec un autre créatif (Concepteur Rédacteur), et travaille au quotidien avec les commerciaux gérant la relation client.
Lorsqu’il est employé par une entreprise le DA est fréquemment le seul créatif.

Quel est le salaire d’un DA ?

D’après des études statistiques Elaee, la fourchette de salaire est quand même conséquente puisqu’elle diffère en fonction du type d’employeur. Et également en fonction des responsabilités liées au poste. En moyenne, un DA junior ce qui équivaut à 2/3 ans d’expérience peut obtenir 2000 € bruts mensuels. Un DA confirmé, lui, sera aux alentours de 3600 €. Sans oublier que plus le DA déploie ses talents sur des champs d’expression tel que le digital ou le motion design par exemple il est mieux payé. Un DA online (internet) et offline (hors internet) confirmé a un salaire qui dépasse facilement les 4000 € bruts mensuels.

Pour en savoir plus sur le métier de directeur artistique rendez-vous sur l’article de Zoé Perret.

https://fr.fashionnetwork.com/news/Kenzo-felipe-oliveira-baptista-est-le-nouveau-directeur-artistique,1115155.html

https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2012/09/07/profession-directeur-artistique_1756258_4497319.html

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/directeur-directrice-artistique

https://www.elaee.com/fiches-metiers/fiche-metier-directeur-artistique-da-2

Le Brand Manager au cœur des métiers du marketing

bran manager : un métier en vogue !

L’essor d’internet et des réseaux sociaux a fait évoluer certains métiers de la communication et du marketing.  Ainsi, le Brand manager est aujourd’hui un métier véritablement identifié avec un rôle clé dans la stratégie de communication et marketing. Son objectif, est de permettre à la marque qu’il représente, d’acquérir plus de visibilité et plus de notoriété. Continuer la lecture de « Le Brand Manager au cœur des métiers du marketing »

Organisateur événementiel: un métier h24

La fonction d’un organisateur événementiel

ordinateur pour travailler dans le métier d'organisateur événementiel

L’organisateur événementiel est une personne qui s’occupe de l’organisation d’événements de A à Z: préparation, conception et organisation matérielle et logistique. Il peut organiser des événements culturels, sportifs, des soirées ou des événements d’entreprise.

L’organisateur événementiel est capable de gérer le budget, il sait appliquer les  techniques commerciales, les techniques de communication adéquates à la demande/aux besoins de son client.

Quelles tâches doit-on réaliser dans ce métier ?

Task Thumbs Up GIF by Mailchimp - Find & Share on GIPHY

Tout d’abord un organisateur événementiel a la possibilité de concevoir soit un évènement soit une animation. Avant la création de l’évènement ou de l’animation, il doit savoir qui sont ses clients et quelles seraient leurs attentes. Il devra les écouter attentivement pour ne rien oublier et les conseiller sur leur(s) projet(s).

Puis l’organisateur devra identifier qui seront les potentielles personnes à cibler et quels seront leurs besoins éventuels. Ensuite il faudra qu’il veille à ce que l’évènement ou l’animation soit réalisable en y intégrant les possibles prestataires, fournisseurs et intervenants nécessaires.

Après il devra sélectionner les fournisseurs, les sous traitants et les prestataires pour créer l’évènement. Puis il faudra qu’il établisse un devis en fonction des critères choisis avec le client.

Et enfin il aura pour mission de coordonner tout les prestataires, fournisseurs et intervenants ainsi que pendant tout l’évènement ou animation de suivre un budget précis et de s’y tenir.

Comment travaille-il ?

En équipe ou individuellement ?

Un organisateur événementiel a la possibilité de travailler soit tout seul soit de travailler dans une agence (événementielle, de publicité, de communication) ou une société de services

Ses horaires:

L’organisateur a des horaires variables, il peut travailler de jour, de nuit, en fin de semaine ou les jours fériés. Il faut donc être très flexible pour allouer tout son temps à l’évènement en question.

Quelles sont les qualités requises pour ce métier…?

En ce qui concerne les qualités premièrement un organisateur évènementiel se doit d’être organisé. Cela peut paraître absurde de rappeler ceci, mais si cette qualité est dans le nom même du métier, il faut quand même l’évoquer car c’est la plus importante. Car un évènement ne se construit pas sans quelqu’un qui sait comment s’organiser.

Deuxièmement il faut être quelqu’un qui aime être en contact avec les gens. Il travaille généralement avec beaucoup de personnes qui sont de différents horizons (directeurs d’entreprises, représentants politiques, participants, bénévoles, associations, sponsors, commerçants…). Il faut savoir s’adapter à eux.

Troisièmement, il faut être créatif et débrouillard. Résoudre les problèmes de manière créative n’est pas à la portée de tout le monde. Si à la dernière minute il faut réparer une robe déchirée d’une artiste ou trouver une solution pour qu’un décor ne tombe pas sur scène, l’organisateur évènementiel doit être plein de ressources et d’inventivité pour surmonter les obstacles. Et peu importe notre niveau de préparation, il y aura toujours un imprévu.

Quatrièmement pour faire ce métier, il faut être capable de prendre des décisions et ce, plusieurs à la fois et rapidement. Le plus important est même de savoir reconnaître lorsqu’il est trop tard pour changer d’avis, et avoir la détermination de poursuivre le projet avec une énergie positive.

…Et les compétences requises ?

Ce métier nécessite de maîtriser de nombreuses compétences, il faut donc être très polyvalent ! Il faut être une personne qui a le sens de l’organisation et du perfectionnement (le perfectionnement permet de laisser aucun détail en suspens et de faire toujours de son mieux). Mais aussi qui a des capacités commerciales (pour le budget notamment), rédactionnelles (pour faire des communiqués de presse, des campagnes de publicité), relationnelles (pour savoir gérer tout le monde qui l’entoure) et négociatrices.

Pourquoi faire ce métier ?

Dans notre société actuelle, le ludique et le social sont de plus en plus important. De ce fait, il est nécessaire de faire appel à un organisateur d’événement pour faciliter la tâche. La raison de ce choix est simple. Certaines personnes, pour ne pas dire la plupart, désirent faire des fêtes ou des évènements en invitant des amis, collègues et connaissances, les réussir sans vouloir faire la majorité du travail. C’est là qu’intervient l’organisateur événementiel. Par ailleurs, le secteur de l’événementiel est vaste, il suffit juste de se faire connaître dans ce domaine pour avoir le plus de prestations possibles par la suite.

Le métier en lui même

Quelles sont les études nécessaires pour cet emploi ?

les études pour ce métier en relation avec l'organisation événementielleIl est conseillé d’avoir un bac +2 en école, BTS ou DUT de commerce ou de communication avec une spécialisation dans l’événementiel puis d’avoir une licence et un master en communication. Cependant il n’est pas absolument nécessaire d’avoir fait des études dans le domaine, une expérience de longue durée dans le domaine peut suffire.

Il est aussi nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglai

Quelles sont les évolutions de ce métier ?

Pour ceux dont l’ambition est de devenir chef de projet événementiel, un diplôme de niveau bac + 4/5 de type école de communication ou école de commerce, ou encore un master à l’université est généralement attendu. On peut ainsi trouver des cursus bac+4 responsable de la communication ou encore des bac+5 en master, MBA MSc en communication événementielle, marketing événementiel ou management d’événements.

Cependant pour ceux qui ont d’autres ambitions, créer sa propre société dans l’événementiel est tout à fait possible et plusieurs statuts juridiques sont à votre portée. Le statut d’auto-entrepreneur est le plus simple pour débuter, puisque le plus léger administrativement et fiscalement. Cependant, avec le temps, vous ressentirez peut-être le besoin d’acquérir plus de crédibilité auprès de vos clients en créant une EURL (si vous êtes seul), ou une SARL ou SAS si vous êtes plusieurs associés. Commencer en tant qu’auto-entrepreneur peut aussi vous donner l’opportunité de tester votre motivation et vos compétences avant de vous lancer plus sérieusement dans ce métier aux très multiples facettes.

Quels sont les métiers qui se rapprochent du secteur de l’évènementiel ?

Plusieurs métiers peuvent être rattachés au métier d’organisateur évènementiel. En voici quelques-uns:

-Wedding planneur

-Chef de projet évènementiel

-Elaborateur de plan média

-Social manager

-Chargé de relations presse

-Chargé de relations publiques

-Community manager

Sources: Fiche métier sur l’organisation d’un évènementiel selon Orientation pour tous: https://www.orientation-pour-tous.fr/metier/organisation-d-evenementiel,12219.html

Si vous le souhaitez, voici une petite infographie pour résumer tout cela:

 

 

https://create.piktochart.com/output/42834994-eglantine_dumont-girard_organisateur-evenementiel

 

 

 

Ainsi qu’un sketchnote pour voir ma relation entre moi et ce métier:sketchnote organisateur événementiel

Lumière sur le métier de photographe

Tout connaître sur le métier de photographe

Publicité, presse, édition, événementielle, sciences, industrie : la photographie s’exerce dans tous les milieux. Créatif et maître de l’image, le photographe joue avec les lumières, les formes et les contrastes afin de retranscrire un message, un sujet photographié. La photo est une passion qui anime une grande partie des français.

Nombreux sont ceux qui veulent en faire leur métier… mais comment y parvenir ?

Sketchnote photographe

Son profil

Le photographe réalise des prises de vues et des retouches. Il doit à la fois maîtriser les techniques de l’image, de l’informatique et du numérique, mais également faire preuve de créativité. Il doit avoir un bon relationnel car il sera très régulièrement en contact avec sa clientèle. En laboratoire photo, il doit être soigneux et méticuleux.
Celui-ci doit avoir des qualités commerciales, se former en permanence afin de bien connaître les nouveaux matériaux utilisés, les outils numériques qui sont en constante évolution rapide. Enfin, le sens des responsabilités, la connaissance des techniques de gestion commerciale sont nécessaires pour concilier tous les aspects du métier.

Les études nécessaires

Vous souhaitez devenir photographe professionnel. Vous ne savez-vous pas comment le devenir ? Voici les différentes possibilités :

Le CAP photo permet d’apprendre la photographie d’une manière générale et complète. Cette formation se fait après la 3ième. C’est un diplôme d’État de niveau V, ayant une bonne reconnaissance dans la profession.
Le BTS photographie (niveau bac+2) vise à former les techniciens de la photographie. Ces futurs photographes maîtrisent parfaitement toutes les étapes graphiques. Ils sont capables à la fin de leur cursus de faire de la numérisation, des retouches photos, de la PAO grâce à différents logiciels comme Photoshop. Ils sont également formés en commerce.
Les Écoles supérieures publiques proposent également des formations Bac+5 qui se font après un Bac+2. Nous pouvons citer L’École nationale supérieure Louis Lumière, l’École nationale supérieure des arts décoratifs, L’École nationale supérieure de la photographie d’Arles des Beaux-Arts.
L’École des Beaux-arts propose également une spécialisation en photographie.
Il existe également de nombreuses écoles privées spécialisées dans la photographies.
Les autodidactes sont très présents dans le domaine de la photographie professionnelle. Le talent et une très grande motivation peuvent être suffisant pour s’insérer dans ce milieu. Cependant, vous devez être en mesure de prouver vos compétences, vos qualités créatives et techniques.

Photographe : un métier qui nécessite une spécialisation

Le métier de photographe regroupe en réalité de nombreux métier tel que :

Le photographe d’art

Il fait preuve de créativité et d’innovation. Son but est de retranscrire les modèles qu’il photographie de manière artistique. Cette forme de photographie est la plus convoitée mais et également la plus bouchée. En effet, peu de photographes parviennent à vivre de cette activité. Beaucoup ont recours à une activité annexe pour pouvoir vivre correctement.

Le photographe prestataire

Il est employé par une ou plusieurs entreprises. Il réalise entre-autre des prises de vue et des reportages. Les sujets lui sont imposés ce qui rend l’aspect créatif moins présent. Il peut également travailler dans le secteur commercial ou relationnel.

Le photographe de presse

Également appelé photojournaliste, il travaille exclusivement pour les médias et les agences de presse. Celui-ci a généralement une formation de journaliste mais possède une carte de presse qui lui permet de s’approcher au plus près des sujets médias. Les photos « peoples » sont celles qui rapportent le plus dans ce métier.

Nous avons également d’autres métiers qui se rapprochent du métier de photographe comme les techniciens de laboratoire photo, les retoucheurs, les contrôleurs sensitométriques ou encore les étalonneurs-filtreurs.

Les techniciens de laboratoire

Ils développent, tirent et réalisent des finitions sur des photographies. Ces techniciens de la photographie travaillent sur des machines automatiques, numériques. Ils doivent ainsi en comprendre le fonctionnement. C’est pour ceci, que le métier de technicien de laboratoire requiert très souvent une formation du type CAP ou BTS.

Retoucheur

C’est un technicien qui est chargé de retoucher les photos, supprimer certains éléments. C’est un métier très important dans le domaine de la photographie puisque c’est lui qui va les rendre plus attractives, plus dynamiques. Il travaille en atelier, souvent en équipe. Patience, précision et goût sont exigés.

Le contrôleur sensitométrique

Il contrôle et règle les appareils de développement et de tirage pour une qualité optimale du produit.
L’étalonneur filtreur détermine les corrections de densité et de couleur à apporter aux négatifs. C’est un emploi qui nnécessite une haute technicité.

Le salaire du photographe

Les salaires varient énormément d’un métier à l’autre, d’un secteur à l’autre (presse, photographie artistique). Un technicien de laboratoire gagne en moyenne 1300€ brut par mois.
Cependant un photographe d’art, de mode peut gagner beaucoup plus en fonction de sa notoriété.
Le salaire n’est pas argument pour se projeter dans ce métier. Les salaires varient énormément. Cependant, la qualité de vie est peut-être intéressante. Le photographe, est assez libre dans ses choix professionnels.

Situation du métier

Depuis une quinzaine d’années, la France a vu une augmentation du nombre photographe sur son territoire (37%). Par ailleurs, celui-ci est très difficile d’accès. Il y a peu de débouchés. Celui-ci à énormément évolué avec le temps. Si autrefois le développement et le tirage des photos était un travail d’exécution confié aux laboratoires, aujourd’hui le passage au numérique et au web a considérablement changé cette partie du métier, substituant la salle noire et les négatifs à l’ordinateur. De plus nous pouvons constater que ce secteur est plutôt vieillissant car seulement 18% des photographes ont moins de 30 ans.

Ce secteur est fortement impacté par les évolutions technologiques. Grâce aux derniers smartphones par exemple, de plus en plus de particuliers font leurs propres photos.
Pour devenir photographie il faut certaines qualités. En effet, il faut une excellente technique en photographie, une bonne culture de l’image et sensibilité artistique, de la créativité, un bon sens relationnel et avoir la fibre commerciale. De nos jours, il faut également maîtriser l’informatique et les logiciels de retouche.
Selon une étude du gouvernement il y a 25 000 photographes en France. La photographie professionnelle s’exerce en majorité seule, à son compte puisque 90% des photographes travailles de manière indépendante.

La photographie, une compétences exigée dans d’autres domaines

Dans la publicité et la communication, les professionnels doivent également être en mesure de travailler et retoucher des photos à l’aide de logiciels spécifiques. Ce sont en général les graphistes qui sont chargés de faire ce travail.

Infographie faite sur PIKTOCHART

https://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/art/photographe-765
https://www.posepartage.fr/apprendre/dossiers-generaux/devenir-photographe-metiers-photographie.html
http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/photographe.html
http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/photographe/
https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Photographe-une-profession-attractive-mais-fragilisee

Directeur Artistique ou DA : De la demande à la création

Directeur Artistique ou DA : De la demande à la création

Mais finalement qu’est-ce qu’un Directeur Artistique ou un DA ? c’est ce que nous allons voir dans cet article le parcours, les compétences et enfin le métier de Directeur Artistique.

Pictoshart

Mais ça veut dire quoi Directeur Artistique ou DA ? Pour faire simple, nous pouvons traduire cette appellation par ; celui qui commande l’aspect créatif d’une agence de communication par exemple. On l’appelle aussi, et plus particulièrement dans le milieu de la communication, DA.

Devenir Directeur Artistique est un rêve partagé par de nombreuses personnes.  Mais comment atteindre ce poste si convoité. Il n’y a pas de secret, seul le travail peut vous faire devenir DA. En effet il n’y a pas de formation unique pour cela. Bien qu’il existe un grand nombre d’écoles spécialisées dans la communication, il n’y en a pas une qui ne vous forme qu’à cela. Il existe même beaucoup de Directeurs Artistiques « autodidactes ». Les écoles les plus reconnu pour devenir Directeur Artistique sont les Beaux-Arts, les BTS Communication Marketing, ou encore les licences d’Art Appliqué.

Il faut savoir qu’il y a de nombreux postes à pourvoir en tant que graphiste, mais les Directeurs Artistique, eux, sont beaucoup moins nombreux. Bien évidement avant de devenir DA il faut commencer en tant que graphiste.

Sketchnote
Qualités du DA

Pour être DA la qualité la plus importante et sans nul doute la créativité. C’est d’ailleurs grâce à cette compétence qu’un graphiste peut espérer devenir à son tour Directeur Artistique. Mais il est bien connu que rien n’arrive sans travail. La créativité demandée n’est pas celle d’un écrivain. Le DA à ses propres mécanismes de création. Il faut rappeler que son travail consiste à répondre à une demande, celle-ci formulé par un commanditaire qui à pour

bute de communique sur un produit ou une marque. Le Directeur Artistique doit avoir une sensibilité artistique très prononcée pour ces créations. Il doit aussi avoir de bonnes qualités relationnelles pour bien diriger ses équipes. Comme nous l’avons déjà dit précédemment le DA doit faire preuve de rigueur dans son travail, les délais demandés par les clients peuvent être parfois cours, il ne faut pas conter ses heures quand l’on travaille sur un projet important.

 

Rôle du DA

Toujours en binôme avec un concepteur rédacteur, ces derniers vont alors réfléchir à la mise en place d’une stratégie pour conduire le projet à bien. Le couple DA – CR (Direc

teur Artistique Concepteur Rédacteur) se partage le travaille avec pour objectif la création d’une campagne de publicité impactante. Le DA va chapoter la conception artistique et visuel des projets qui lui sont confiés. Il peut avoir une ou plusieurs équipes, de graphistes, infographistes, web designers, etc. sous sa direction. Il va devoir les guider pour réaliser ce que le CR et lui ont imaginé. C’est lui qui crée l’identité visuel d’une marque ou d’un produit. C’est-à-dire qu’il crée des logos, des charte graphiques, des packagings, ou encore des maquettes dans le but que la marque ou le produit soit reconnaissable et qu’il plaise à la cible désignée.

 

Salaire du DA

Pour finir parlons de son salaire. Un Directeur Artistique la plupart du temps commence avec une rémunération de 2 500 €, celle-ci évolue avec le temps, les projets et les récompense s’il en gagne. Le DA peut finir sa carrière avec un salaire de 4 000 € en passant Directeur Artistique Sénior, ce qui lui donnera par tout évidence plus de responsabilités. Mais pour certains qui sont considéré comme les meilleures mondiaux, c’est-à-dire qui ont gagné beaucoup de récompenses, leurs revenus se compte en dizaine de milliers d’euros.

 

Vous aimerez aussi

Le métier de directeur artistique

Le directeur artistique : un métier de création

Devenir Directeur Artistique

 

 

 

Sources

https://www.l4m.fr/emag/interview/marketing-communication-publicite-media

s-20/directrice-artistique-16649

https://www.orientation.com/metiers/directeur-artistique.html

https://www.imaginetonfutur.com/directeur-artistique.html

 

 

 

Le Directeur Artistique (DA)

Être DA, c’est quoi ?

Le directeur/la directrice artistique est responsable de l’identité visuelle et artistique d’une structure. Dans le cadre de la communication, le DA s’occupe de l’identité visuelle des campagnes de communication (publicité par exemple).

Ce domaine n’inclue pas que les campagnes publicitaires, puisqu’il peut aussi toucher à l’évènementiel, au marketing et web marketing, mais aussi toute autre forme de digital avec les dessins d’animations, ou encore la presse, la mode et le design en général.

Il est d’ailleurs important de savoir que le métier de Directeur artistique a beaucoup évolué depuis ces dernières années. En effet, dans une ère où la technologie est au cœur de nos sociétés, le développement des outils numériques est exponentiel. De ce fait, le métier de DA, parmi d’autres d’ailleurs, a su s’adapter et fait partie des domaines qui doivent être à l’aise avec l’informatique, notamment en gérant les logiciels de graphisme, mais également les réseaux sociaux.

En plus d’être artiste, le DA est aussi directeur. C’est-à-dire qu’il dirige et est responsable de la direction d’un service important. 

Le DA, il travaille où ?

Le directeur artistique travaille le plus souvent en agence spécialisée. Cela peut-être en agence de publicité, de communication, de mode, de web, de graphisme… ou de tout domaine qui fait de la création en règle générale. Le directeur artistique peut même être dévoué à une seule marque. Par exemple, il existe un directeur artistique de chez Chanel (Virginie Viard).  Voici d’autres idées de domaine créatif qui nécessitent un directeur artistique : une compagnie de théâtre, un festival, un orchestre, une association, un média culturel, un cirque…

Si le directeur artistique peut travailler en agence, il peut aussi être son « propre patron » et travailler en freelance.

Travailler en freelance signifie travailler en tant qu’indépendant. Le travailleur en freelance exerce « à son compte ». Il a le statut d’auto-entrepreneur et est son chef d’entreprise, mais en même temps son propre employé.  Choisir cette option peut être un bon compromis s’il on a besoin de flexibilité par rapport à sa vie personnelle par exemple.

Voici le personae et une journée type d’un directeur artistique en agence

Sana Kubler, 26 ans, célibataire, vit en loft le 4e arrondissement (Marais) de Paris. 

Nous sommes vendredi 29 novembre, elle commence le travail à 10 heures, ce qui l’arrange puisqu’elle est sortie dans un bar branché de Belleville la veille. Elle passe beaucoup de temps à choisir sa robe qui doit être accordée à ses bottines et à son perfecto de créateur. Arrivée au travail, elle boucle le cadenas de son vélo-city et commence par checker sa boîte mail.

Elle s’attaque ensuite aux dossiers en cours, et découvre qu’il y en a un nouveau. Elle prend le temps de l’analyser et de bien se l’approprier, avant de se lancer dans des storyboard et brainstorming. Même si cela paraît être un moment de repos, Sana affirme que c’est le plus important et un peu fatiguée au bout de deux heures, elle décide de prendre un café. Après avoir passé la matinée à faire des croquis, la jeune fille brunch avec ses collègues tout en continuant de penser à son projet.

L’après-midi, elle met au propre ses quelques premières idées de direction et peut l’envoyer à son client afin qu’il valide sa préférée. En attendant une première réponse, elle continue à réfléchir et dès qu’elle pourra, elle fixera une réunion avec tous les membres concernés du projet ; le graphiste Maxence, la chargée de projet Amélia, le rédacteur Bastien… L’heure a tourné, il est maintenant 18 heures et Sana pense pouvoir rentrer chez elle. Seulement un problème de dernière minute est survenu ; le graphiste se met en arrêt maladie pour la semaine. Elle va devoir choisir un graphiste en freelance très rapidement pour le remplacer. Il est 19h30, Sana rentre enfin.

 

Comment devenir directeur artistique ?

Devenir directeur artistique ne demande pas à suivre un cursus précis. En revanche, il est essentiel d’avoir une culture artistique fournie ainsi qu’avoir été formé dans le domaine du design et des arts graphiques.

Voici tout de même quelques idées de parcours pouvant mener logiquement à cette finalité de métier :

 

Option du baccalauréat

Aucun type de baccalauréat ne pourrait totalement exclure le métier de directeur artistique. Souvent, les futurs directeurs artistiques ont toujours eu un penchant pour les arts, c’est pourquoi un baccalauréat technologique en arts appliqués (ST2A) ou un baccalauréat littéraire avec une option art plastique par exemple peut être avantageux pour la suite.

 

Après le baccalauréat, plusieurs options sont possibles, par exemple :

  • Bac+2 

Diplôme Universitaire Technologique en Information-Communication

  • Bac+3

Diplôme National d’Art ou Licence Arts Plastiques

  • Bac+4

Diplôme Supérieur des Arts Appliqués

  • Bac+5

Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique ou Master Arts Plastiques

Suivre un cursus scolaire et universitaire adéquat est nécessaire pour devenir DA, mais c’est très important aussi d’avoir des qualités de savoir être et de savoir faire spécifiques. En effet, le directeur artistique doit avant tout être créatif, innovant et avoir beaucoup d’imagination. Ce métier demande des compétences à la fois techniques, marketing et artistique. Le DA doit être doté d’une très bonne culture artistique mais aussi générale en particulier dans le domaine culturel. Il doit être capable de reconnaître les choses déjà vues, les choses redondantes, innovantes… De plus, il doit avoir d’excellentes capacités relationnelles, puisqu’il dirige une équipe ; il se doit d’être sociable mais aussi sur de lui. Pour finir, il ne doit pas être dérangé par le fait de travailler sous la pression en devant satisfaire tout le monde.

Quels sont les avantages et inconvénients lorsque l’on est DA ?

Les avantages :

  • L’opportunité d’exploiter sa créativité
  • L’utilisation des meilleures matériels technologiques
  • Le contact humain

Les moins :

  • La frustration au niveau des demandes de clientèles 
  • La surcharge de travail

 

Pour conclure

Le métier de directeur artistique est une belle profession et très actuelle, qui peut être très diversifiée selon le secteur dans lequel on l’exerce. Cette dernière est dotée d’une force très puissante et peut contribuer à changer le monde, car c’est la clé pour une bonne communication. Et vous, devenir directeur artistique, ça vous tente ?

 

Voir mon piktochart

Voici mon sketchnote

sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Directeur_artistique

https://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/creation/directeur-artistique-866#debouches

https://www.regionsjob.com/observatoire-metiers/fiche/directeur-artistiquehttps://debitoor.fr/termes comptables/freelance

https://www.easybourse.com/international/news/1335311/chanel-virginie-viard-prend-direction-artistique.html

https://www.cidj.com/metiers/directrice-artistique-directeur-artistiquehttps://www.elaee.com/fiches-metiers/fiche-metier-directeur-artistique-da-2https://www.l4m.fr/emag/interview/marketing-communication-publicite-medias-20/directrice-artistique-16649

Concepteur-Rédacteur, le métier de la polyvalence

Avec la création et la démocratisation de la publicité, beaucoup de métier ont dû se créer et eux aussi, se sont donc démocratisés : directeur artistique, chef de projet et ici, ce qui nous intéresse, la partie la plus littéraire du métier de publicitaire, concepteur-rédacteur.

Un concepteur-rédacteur est un métier comme son nom l’indique de conception et de rédaction. Cela peut varier du simple article de presse pour mettre en avant un produit quelconque à un slogan ou encore un dialogue pour un spot publicitaire passant à la radio ou à la télévision. Pour faire simple, un concepteur-rédacteur s’occupe de la conception de la publicité sous sa forme littéraire et de sa rédaction ou de tout autre objet littéraire utilisé pour promouvoir un produit ou un service.

Mission :

Le métier de concepteur-rédacteur est très lié à la littérature. En effet, ses missions en général consiste en la création de texte, article et autre slogan choc afin d’être le plus percutant et de rester le plus possible dans l’esprit du prospect.

De plus, ce dernier peut, en travaillant avec des antennes de radio, écrire des dialogues et scénarios de spots radio afin d’être diffusé sur ses dernières. Avec son binôme, le directeur artistique, ils conçoivent des pubs de A à Z et s’occupent de toute la partie créative (création graphique, slogan, design, etc.)

 

Compétences requises :

Un bon concepteur-rédacteur se doit de posséder différentes compétences afin d’exceller dans son domaine. Il est normal pour tout métier de rédaction d’avoir une bonne compétence rédactionnelle avec en plus de cela une aisance en termes d’orthographe, de grammaire et tout autre outil syntaxique permettant de bien se faire entendre et comprendre. En plus de cela, un concepteur-rédacteur se doit d’être à l’aise dans le travail en équipe étant donné son duo (parfois permanent, notamment en agence) avec le directeur artistique.

Qualités :

Les compétences techniques sont extrêmement importantes, cependant, les qualités humaines le sont tout autant. C’est donc pour cela que pour devenir un bon concepteur-rédacteur, il est primordial d’avoir ou d’acquérir les qualités suivantes :

  • Bonne capacité d’adaptation : 

    • Un concepteur-rédacteur est beaucoup amené grâce à son métier à devoir écrire pour des domaines qu’il ne connait ou ne maitrise pas. Il peut très bien le lundi devoir écrire un article pour une grande marque de prêt-à-porter connu mondialement puis en fin de semaine devoir rédiger un article sur les bienfaits d’un nouveau moteur de tel ou tel marque pour un tracteur agricole. Dans ce métier il vaut mieux donc être curieux et savoir au mieux s’adapter.
  • Résistance au stress :

    • Un concepteur-rédacteur se doit parfois de répondre à des briefs extrêmement complexes, parfois même plusieurs à la fois et surtout, possède une cadence de travail très rude et fatigante devant souvent travaillé en dehors de ses heures de travail afin de respecter les délais imposés par le commanditaire.
  • Esprit de compétition :

        •  Le monde est une course, une éternelle compétition et c’est exactement ça qui anime le monde de la pub. Le concepteur-rédacteur se doit donc lui aussi de posséder cet esprit de compétition afin de créer les meilleurs slogans, les meilleurs dialogues et être tout bonnement, le meilleur.
  • Curieux :

    • Un concepteur-rédacteur reste très peu souvent dans un seul domaine. Il peut très bien rédiger un article pour faire la promotion d’un service de vidéo à la demande en ligne le lundi pour le jeudi écrire un spot publicitaire pour faire la prévention pour la sécurité routière et pour le vendredi créer un slogan pour une marque de pneu de tracteur. Un bon concepteur-rédacteur se doit donc d’être curieux afin de ne pas être fermé aux demandes de certains commanditaires et donc, se bloquer dans son travail. La capacité à être curieux et polyvalent est de primordiale.

Niveau diplômes :

Pour accéder à ce métier, nous pouvons y parvenir ou du moins en avoir les bases avec des diplômes, tel qu’un DUT Information Communication option publicité, une licence journalistique, un master en information communication ou bien en intégrant des écoles de commerce ou d’autre école payantes tel que SupDePub, une école de publicité proposant la spécialisation en conception-rédaction ou bien encore le Celsa.

 

conception-rédaction

Possibilité d’évolution :

La possibilité d’évolution de carrière pour un concepteur-rédacteur est assez restreinte. En effet ce dernier peut commencer en tant que concepteur-rédacteur junior avant de continuer en tant que concepteur-rédacteur en agence. Il peut également posséder sa propre entreprise en free-lance. Si il est en agence il peut très bien finir sa carrière comme directeur de création ou chef de publicité.

Salaire :

Même si cela diffère énormément de la situation de chacun. Un concepteur-rédacteur peut commencer sa carrière aux alentours de 1600€ par mois. Si le concepteur-rédacteur est en free-lance, son salaire se fera en fonction du nombre de commandes, contrats et d’autre variables économique. Cela dépend de la taille de son entreprise. Son salaire ne sera donc pas régulier mais plus il travaille et rempli de contrats, plus sa rémunération sera conséquente.

Situation actuelle du métier :

Cependant, comme tous les métiers de la publicité, la conception-rédaction est un secteur où l’embauche est bouchée. De plus, les principales agences (de publicité ou de conception rédaction) se trouvent à Paris ou dans toutes autres grandes. Les villes telles que Marseille, Lyon ou encore Bordeaux, sont également très rechercher par les futures concepteur-rédacteur.

Les avantages dans ce métier :

Ce métier à beaucoup à apporter à celui qui y consacre énormément de son temps. En effet, du fait, entre autres, de sa polyvalence dans les demandes de commanditaires. Ce métier nous oblige donc à nous intéresser à tous les domaines. Et donc à postériori à avoir une certaine culture générale assez développée sur différents sujets.

Conclusion :

Ce métier est très rude et les débouchés sont très faible. Cela dit, il est extrêmement intéressant pour celui qui arrive à accéder à cette profession. En effet, grâce à elle, nous pouvons travailler sur différents domaines et différents supports de publicité. Et ce, qu’ils soit digitaux ou non.

Afin de compléter mon article, je vous renvois vers une infographie :

Voici également un lien vous expliquant le travail du binôme du concepteur-rédacteur, j’ai nommé : le directeur artistique (réalisé par Tristan.B):

Enfin, mon sketchnote sur le métier de concepteur-rédacteur afin d’avoir une approche plus simple en terme de compréhension: