3 questions à Muriel Gallot, libraire au festival Livres dans la Boucle

Rencontre avec Muriel Gallot, une libraire passionnée. En 2003, après avoir suivi des études de bibliothécaire, elle change de cap. Le manque de rapport aux lecteurs la pousse à devenir libraire. Pour sa troisième participation au festival Livres dans la Boucle, Muriel représente la librairie L’Intranquille.

Pouvez-vous nous présenter la librairie ?

L’intranquille est une librairie indépendante de 1200 m2. Créée en 2015, elle est idéalement située rue des Granges. Sur 5 étages notre équipe propose et conseille plus de 100 000 titres. Par ailleurs, la librairie propose un service de papeterie et d’encadrement. Récemment nous avons également ouvert un espace où nos clients peuvent déguster un café tout en observant notre coupole.

Que devez-vous fournir comme travail en amont ?

Même si le festival se tient en septembre le travail débute dès le début de l’été. Le comité organisateur « Faits & Gestes » livre sa liste définitive d’auteurs mi-Août. Tout d’abord les libraires qui participent au festival se voient attribuer environ 30 auteurs. Une fois les écrivains répartis nous entrons dans la phase logistique. Les libraires apprennent d’abord à connaître les auteurs avant de choisir les livres qui seront exposés. On va établir cette liste bibliographique en fonction des nouveautés et de nos coups de cœur. Cette liste tient obligatoirement compte de la rentrée littéraire. C’est la partie que je préfère. On fait de superbes découvertes en lisant livres sélectionnés.

Ensuite arrive la phase de commande. Cette phase nécessite une marge de manœuvre d’environ 5 jours. Une fois que tous les livres sont réceptionnés on les installe sur les stands. Les libraires commencent à préparer les stands dès le jeudi matin jusqu’à l’ouverture le vendredi à 15h. Au sein de la librairie on se réparti les tâches pour que tout le monde ai quelque chose à faire.

Quel est votre rôle tout au long de ce week-end ?

Une fois installés, chaque librairie accueille 35 auteurs. Pendant le festival nous faisons surtout de la gestion de relation publique. On veille à que tout se passe bien. On veille surtout à ce que les auteurs ne manquent de rien. Mais ce n’est pas notre seule mission sur le festival. Pendant les 3 jours il faut surveiller en permanence le stock de livre. On fait du réassort et on gère les stocks. Le salon du livre nous permet de découvrir de nombreux univers. Chaque auteur apporte sa pierre à l’édifice. Ils sont très heureux de partager leurs savoirs avec des lecteurs passionnés. Tous les ans nous avons des retours d’expériences à la librairie. D’ailleurs les bisontins sont ravis d’assister à ce salon.

Vos impressions au terme de ce festival ?

Le fait de savoir que les auteurs sont satisfaits est notre préoccupation principale. S’ils le sont, alors on considérera que le festival est réussi. Les libraires prennent eux aussi beaucoup de plaisir à accueillir les auteurs et surtout à Besançon. Le week-end qui précède Livres dans la Boucle, se tient à Nancy un festival similaire. Même si celui de Nancy est plus important en terme d’invités et en terme de vente, les auteurs ont un fort attachement à notre ville. Le festival de Besançon est plus convivial. Quant aux auteurs, ils apprécient le contact avec les lecteurs bisontins même s’il leur nombre de vente est moindre.

De plus, cette année le festival avait lieu en parallèle avec les journées du patrimoine. Cette dualité crée une émulation chez le public. Les bisontins peuvent profiter du salon du livre dans le même temps que leurs visites culturelles. Le salon a profité du musée des beaux-arts pour faire son inauguration dans le hall. C’est une chance pour les auteurs découvrir un tel lieux. Au finale ce week-end booste vraiment la ville de Besançon.

Mis à jour le par mpless